Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
©FRANCOIS GUILLOT / AFP

Atlantico Litterati

Daumier vu par Baudelaire : presque Goya !

« Charles Baudelaire est l'image même du poète écorché vif. Non reconnu de son vivant, le poète en tira une profonde tristesse. Il sera ensuite acclamé par ses successeurs : "le vrai Dieu" selon Arthur Rimbaud, "le premier surréaliste" pour André Breton ou encore "le plus important des poètes" pour Paul Valéry.

Annick  Geille

Annick Geille

Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec Robert Doisneau, du magazine Femme.

Voir la bio »

A l’occasion du bicentenaire de la naissance de l’auteur des Fleurs du Mal et du Spleen de Paris, de très nombreux livres sont publiés et de grandes expositions sont prévues - entre autres à Orsay en novembre 21 (www.musee-orsay.fr) et à la BNF de novembre 2021 à février 2022 ( les épreuves corrigées de Fleurs du Mal, la correspondance etc) . Antoine Compagnon, écrivain,docteur en littérature, qui prend cette année se retraite de professeur de Litterature au Collège de France,  est le grand spécialiste de Proust, Montaigne et… Baudelaire, dont on fête cette année le bicentenaire de la naissance. Dans son essai « Baudelaire l’irréductible » publié en 2014,  et qui sort en collection de Poche ces jours-ci ( Champs/Essais), Antoine Compagnon parvient  à faire sans doute le meilleur portrait  qui soit de l’auteur des Fleurs du Mal et du Spleen de Paris. 

Le portrait d’un homme ambigu, « partagé entre sa passion pour la modernité et son refus de celle-ci » . Charles Baudelaire avait par exemple une passion pour l’image- la photographie, la peinture, le dessin,  entre autres ; il vouait au caricaturiste Daumier une admiration sans bornes .Précisions.

« Daumier est non seulement un grand caricaturiste, mais aussi »un véritable artiste » dessinant comme les grands maîtres.Tous les traits de la louange semblent réunis car Daumier croque de mémoire, et donc avec imagination, comme le fera plus tard Guys, au lieu de copier ou d’imiter :  « il a une mémoire merveilleuse et quasi divine qui lui tient lieu de modèle(II,256). ( les passages soulignés sont de Charles Baudelaire ndlr).D’autre part, « son dessin est naturellement coloré » (….) « il fait deviner la couleur comme la pensée ( II, 557) ». C’est que, dessinant avec l’imagination, il suscite l’exercice de l’imagination chez le spectateur. Toutefois, s’ il s’approche parfois du comique absolu, il n’y atteint pas parce qu’il est sans rancune et sans fiel, et s’arrête avant de traiter des sujets « très beaux et très violents » qui pourraient blesser la conscience du genre humain ». Il ne va donc pas jusqu’au bout de la méchanceté de  l’homme, et « c’est ce fond d’honnêteté  et de bonhommie » qui l’empêche  de s’élever jusqu’à la férocité d’un Goya ».

Il appartient à la lignée moraliste d’un Molière, comparaison équivoque sous la plume de Baudelaire, ou même désobligeante.Certes 

Daumier partage avec Molière un langage direct, ce qui le distingue de Gaverni  et de Marivaux : « Comme lui, il va droit au but. L’idée se dégage d’emblée. On regarde, on a compris.Les légendes qu’on écrit au bas de ses dessins ne servent pas à grand chose.(II,556) »Molière incarne « la meilleure expression du comique significatif » (II, 537)

Copyright Antoine Compagnon/ Baudelaire l’irréductible/ Champs/Essais

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !