Une actrice de la série Smallville accusée d'être la numéro 2 d'une secte sexuelle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Une actrice de la série Smallville accusée d'être la numéro 2 d'une secte sexuelle
©Bryan Bedder / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Sordide

Une actrice de la série Smallville accusée d'être la numéro 2 d'une secte sexuelle

Allison Mack risque la prison à vie pour son rôle dans le fonctionnement d’une secte où les femmes sont marquées au fer rouge, affamée, battues, violées et manipulées par le leader.

Allison Mack, célèbre pour avoir joué le rôle de Chloé dans la série Smallville, a été arrêtée ce vendredi. Elle est suspectée d’être la numéro 2 de NXIVM, une secte où plusieurs femmes ont été réduites à de l'esclavage sexuel.

L'actrice de 35 ans est accusée de trafic sexuel, de complot et de conspiration pour travail forcé.

D'après les procureurs, Allison Mack était chargée de recruter des femmes pour NXIVM, secte dont l'existence a été révélée le 17 octobre dernier par le New York Times. Selon le journal américain, Keith Raniere, 57 ans, serait le gourou de cette organisation, dont l’objectif officiel est d’aider les gens à s’accomplir et à reprendre le contrôle de leurs vies, mais qui serait une secte déguisée, dont le but était notamment de fournir des "esclaves sexuels" à Keith Raniere.

Dans cette organisation, Allison Mack était une "recruteuse-clé" selon le DailyMail. Elle aurait forcé au moins deux femmes à avoir des relations sexuelles avec cet homme, en échange d'une contrepartie financière.

John Marzulli, du bureau du procureur des Etats-Unis, a déclaré à CNN qu' Allison Mack avait plaidé non coupable. Si les accusations contre elle et Keith Raniere sont prouvées, ils encourent tous les deux de 15 ans d’emprisonnement, la peine minimale obligatoire, à la réclusion à perpétuité.

Une autre ancienne actrice de Smallville, Kristin Kreuk, a été mêlée à l'affaire. Mais celle-ci a rapidement démenti les accusations.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !