Paris : les drones auront droit de vol une fois par mois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Paris : les drones auront droit de vol une fois par mois
©Reuters

Bonne nouvelle !

Paris : les drones auront droit de vol une fois par mois

La mairie de Paris a annoncé l'ouverture de deux sites où seront autorisés, un dimanche par mois, les vols de drones de loisirs.

A l'occasion du Paris Drone Festival qui s'est déroulé ce week-end, la mairie de Paris a annoncé l'encadrement légal de l'utilisation des drones civils dans la capitale et ses environs. Deux sites ont été choisi pour ce fait : l'hippodrome de Longchamp et le parc de La Villette. 

"Beaucoup d'amateurs ont des drones et ne savent pas où les faire voler", a reconnu la maire de Paris Anne Hidalgo. "Nous croyons à cette innovation, Paris est une ville qui invente le futur." 

Encadrement par la Fédération française d'aéromodélisme

Avant, les règles en vigueur, et notamment l'interdiction de faire voler un drone "au-dessus de l'espace public en agglomération", rendaient cette pratique légalement impossible à Paris. La capitale "a décidé de valoriser une pratique responsable, sécurisée et respectueuse de la réglementation". Pour cette initiative, Paris s'est coordonné avec la préfecture de police et la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC). Les sites de vol seront encadrés par des moniteurs ou formateurs de la Fédération française d'aéromodélisme (FFAM) qui s'appuiera sur l'Association Mini Racers (AMR). Ils seront ouverts aux débutants comme aux plus confirmés de 10h30 à 17h30, par créneaux d'une heure. Ces sessions encadrées seront accessibles sur inscription préalable pour un coût de 5 euros.

La mairie étudie aussi la possibilité d'ouvrir d'autres lieux à cette pratique de plus en plus populaire. En effet, près de 300 000 drones ont été vendus l'an dernier en France, soit le triple par rapport à 2014.

 

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !