Michel Onfray critique violemment les médias et annonce la création de sa web TV | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Onfray a notamment tapé sur Christophe Barbier, le patron de L'Express, qui avait titré "Faut-il brûler Michel Onfray ?"
Onfray a notamment tapé sur Christophe Barbier, le patron de L'Express, qui avait titré "Faut-il brûler Michel Onfray ?"
©relay

Retour

Michel Onfray critique violemment les médias et annonce la création de sa web TV

Le philosophe s'est lâché sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin, ce lundi.

La retraite médiatique de Michel Onfray n'aura pas duré. Le philosophe était de retour à la télévision ce lundi dans l'émission phare de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV à l'occasion de la sortie de deux nouveaux livres "Penser l'islam" (Grasset) et "Le Miroir aux alouettes" (Plon).

Le fondateur de l'université populaire de Caen a tenu à rappeler sa défiance envers les médias "mainstream" et le politiquement correct avant d'annoncer entre deux saillies qu'il allait créer sa web TV. Selon lui, les médias privilégient le temps court ce qui empêche de poser les problèmes et de penser correctement. "On pourra donner une heure à quelqu'un pour qu'il développe ses arguments", a-t-il assuré.

De manière générale, Michel Onfray s'est montré très violent vis-à-vis de certains journaux. "Les journaux, ça sert d'abord à faire la litière des chats, et puis c'est subventionné par l'État, c'est-à-dire par nos impôts, donc la presse défend l'idéologie d'État, des gens qui la soutiennent. Donc, c'est normal que moi, qui suis un homme libre, je me retrouve souvent épinglé en une de quelques journaux qui sont les journaux du pouvoir dominant", a-t-il lancé.

Il a notamment tapé sur Christophe Barbier, le patron de L'Express, qui avait titré "Faut-il brûler Michel Onfray ?", expliquant que cette Une était due à son refus de donner des bonnes feuilles à l'hebdo. 

Vu sur BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !