L'arbre planté par Trump et Macron a disparu du jardin de la Maison blanche... pour une bonne raison | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
L'arbre planté par Trump et Macron a disparu du jardin de la Maison blanche... pour une bonne raison
©JIM WATSON / AFP

Symbole

L'arbre planté par Trump et Macron a disparu du jardin de la Maison blanche... pour une bonne raison

Le chêne offert à Donald Trump par le président français pour symboliser l'amitié entre la France et les Etats-Unis n'est pas resté longtemps dans le jardin de la Maison blanche.

La photo insolite de Donald Trump et Emmanuel Macron plantant un arbre à l'aide de pelles a fait le tour du monde, lors de la visite d'Etat du président français aux Etats-Unis, en début de semaine. Emmanuel Macron avait offert à son homologue américain un chêne français, issu d'une forêt du nord de la France où sont morts 2 000 marines américains pendant la Première Guerre mondiale, censé "symboliser la ténacité de l'amitié" qui lie les deux pays.

Mais à peine une semaine plus tard, l'arbre planté par Donald Trump et Emmanuel Macron a mystérieusement disparu des jardins de la Maison Blanche.

Si des jardiniers ont d'abord spéculé sur le fait que l'arbre avait été retiré pour être replanté plus tard (habituellement, ils sont plantés à l'automne, afin que leur système racinaire ait le temps de se développer avant l'été), l'explication est tout autre. Elle a été donnée par l'Elysée au Huffpost : aux Etats-Unis, toute importation de plantes ou de graines doit observer une période de quarantaine avant d'être plantée sur le sol américain pour éviter la propagation de maladies ou d'insectes invasifs.

Le chêne présidentiel a donc été retiré pour passer des contrôles phytosanitaires.

Lu dans le Huffpost

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !