Boris Johnson veut construire un pont sur la Manche : est-ce possible ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Boris Johnson veut construire un pont sur la Manche : est-ce possible ?
©Cristouclap

La fin d'une île ?

Boris Johnson veut construire un pont sur la Manche : est-ce possible ?

Le projet, long de 34 km de long, et vieux de plus de cent ans a été relancé par le ministre des Affaires étrangères britannique.

 

Le chef de la diplomatie outre-Manche a proposé de construire un pont entre la France et le Royaume-Uni. L'idée est certes vieille, ou pourrait faire sourire, mais plusieurs arguments devraient ébranler le scepticisme de plus d'un.

1. Le Président Emmanuel Macron aurait été séduit par ce projet.  « Je suis d’accord, faisons-le », aurait-il même répondu à Boris Johnson qui venait de proposer le projet.

2. Ce ne serait pas le plus long pont du monde : avec "seulement" 34 km de long, le pont entre Calais et Douvres ne serait que le 5e plus long du monde après le pont Haïwan en Chine (41,5 km de long), la chaussée du Lac Pontchartain aux Etats-Unis (38,3 km de long), le Pont du marais de Manchac (36,7 km de long) et le pont de la Baie de Hangzou (35,7 km).

3. L'utilité d'un tel axe est évidente, facilitant très fortement le passage d'un pays à l'autre, et ce même si l'Eurostar et les bateaux fournissent déjà une formule de passage

4. L'Angleterre de Theresa May proposerait ainsi un vrai modèle de "coopération bilatérale" réussie pour contrer les déclinistes qui pleurent encore le Brexit

Cependant, il existe aussi des raisons de douter de la proposition de l'excentrique Boris Johnson :

1. La profondeur maximale du tunnel est de 70 mètres, et sa profondeur moyenne est de 30 mètres, très loin des 15 mètres du Haïwan ou des 3 mètres du Manchac. 

2. La Manche est un des points de passages maritimes les plus importants du monde : il faudra donc non seulement des structures très solides mais aussi une architecture capable de ne pas entraver la circulation. Un défi pharaonique et probablement coûtant plusieurs milliards de dollars. Un pont similaire entre la Sicile et l'Italie avait été abandonné du fait du coût excessif du projet.

3. La question environnementale n'a même pas été évaluée, et pourrait poser quelques soucis. 

4. La question politique : il faudra se mettre d'accord, et même si l'entente était cordiale entre les deux pays comme aux plus belles années de leur relation, la construction du pont sera toujours soumise aux aléas de la diplomatie… dans un contexte où le Brexit pourrait être source de tensions.

5. L'échec historique du projet. Pour rappel, l'idée fut esquissée dès 1830 par un ingénieur français, Aimé Thomé de Gamond. Le projet ressurgira dans le sillage de l'exploit du canal de Suez en 1890, où l'option est préférée à celle… d'un tunnel sous la Manche. Mais rien ne se passe jusqu'en 1961. Mais le projet du tunnel rend le pont inutile. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !