Beauvais : le poisson d'avril de mauvais goût de la maire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Beauvais : le poisson d'avril de mauvais goût de la maire
©REUTERS/Neil Hall

Question d'humour

Beauvais : le poisson d'avril de mauvais goût de la maire

Sur Facebook, Caroline Cayeux a annoncé l'installation d'un magasin Ikea, laissant entrevoir des perspectives d'emplois. Mais c'était une blague…

Le 1er avril, tout le monde y va de son poisson d'avril. Médias, politiques, stars… La maire de Beauvais, Caroline Cayeux, a donc emboité le pas. Mais sa "blague" n'a pas fait beaucoup rire en Picardie. Elle annonçait ainsi l'installation d'un magasin Ikea. "C’est une excellente nouvelle pour le dynamisme et l’emploi à Beauvais et dans le Beauvaisis !" expliquait, soulignant qu'elle s'était "battue pour faire valoir les nombreux atouts de Beauvais et nous avons remporté la bataille !".

Sauf que l'information était fausse. C'était même un "poisson d'avril" de l'équipe municipale. "A vrai dire, je vous indique que mes équipes avaient bien contacté l’enseigne mais elle nous a fait savoir qu’elle ne s’implante que dans les métropoles" explique Caroline Cayeux, dans un second message.

Et cela n'a pas fait rire tout le monde, comme le montrent les différents commentaires. "C'est très intelligent pour les personnes en pleine recherche d'emploi ?" critique un internaute. "Vous avez donné de l’espoir inutilement à de nombreuses personnes" souligne une autre personne.

Contactée par Europe 1, la maire de Beauvais reconnait que le poisson d'avril "n'était pas très judicieux (…)Je suis vraiment désolée que certains aient pu mal interpréter le sens de cette plaisanterie et qu'au fond, le sens de l'humour n'ait pas été partagé par tout le monde."

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !