"Il est temps de réagir !" : Stéphanie de Monaco défend les cirques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Il est temps de réagir !" : Stéphanie de Monaco défend les cirques
©Valery HACHE / AFP

Les animaux

"Il est temps de réagir !" : Stéphanie de Monaco défend les cirques

"Non tous les animaux du cirque ne sont pas malheureux!", estime la princesse de Monaco et la présidente du Festival International du Cirque de Monte-Carlo, attaquée par de nombreuses associations.

Le 18 janvier dernier, Stéphanie de Monaco a inauguré la 42 édition du Festival International du Cirque de Monte-Carlo, dont elle est la présidente. Un cirque avec des animaux, de plus en plus décrié par les associations comme "30 millions d'amis", par exemple. Mais la princesse est bien décidée de défendre son cirque bec et ongles. Elle a donc lancé une pétition en parallèle avec des démarches à l'Unesco pour la reconnaissance de celui-ci au patrimoine immatériel de l'humanité. "Le cirque est né avec des animaux, des chevaux au départ, et cela fait partie de notre patrimoine culturel, c'est un tout, avec les clowns et les acrobates", a-t-elle expliqué à l'AFP. En outre, des relais ont été trouvés au Parlement européen, avec le député hongrois Ujhelyi Istvan, pour proposer la création d'un label édictant des règles sur les conditions animales dans les cirques.

"La défense animale est à la mode, c'est comme être végétarien"

La princesse estime que les attaques contre le cirque traditionnel vont trop loin, "y compris des menaces de mort contre des directeurs de cirque". Selon elle, elles viennent d'"une minorité qui veut imposer sa manière de penser", "refuse le dialogue et de voir que la profession a évolué", "des gens qui feraient mieux de s'occuper d'autres combats, moins accessoires".

"L'homme est en train de détruire son habitat naturel, le problème n'est donc pas dans les cirques mais ailleurs !", estime-t-elle, assurant qu'"il faut s'attaquer à toutes les maltraitances animales là où il y en a vraiment". "La défense animale est à la mode, c'est comme être végétarien, végan, etc, c'est un petit truc bobo qui consiste à s'occuper des animaux plus que des êtres humains", tacle-t-elle encore. Et d'ajouter : "Mais j'ai envie de dire : fais ton tri sélectif, refuse d'acheter du made in China fabriqué par des enfants, ça ou la lutte contre la pédophilie sur internet, ça me paraît beaucoup plus important".

"Il est temps de réagir, je veux inverser la vapeur"

Sa pétition, elle "va la publier et l'envoyer en riposte à tous ces gens, souvent toujours les mêmes, qui (lui) envoient des emails avant le festival, (la) traitant de criminelle et de tout!". "Jusqu'à maintenant, on a un peu laissé faire, il est temps de réagir, je veux inverser la vapeur", explique la princesse, qui a adopté à Monaco deux éléphantes d'un zoo, Baby et Népal, et passé un certificat de capacités pour s'en occuper elle-même. "Ca fait des générations qu'on n'en est plus à aller chercher des éléphants dans la brousse pour les amener au cirque (...) Ce sont des animaux domestiques. Quand vous voyez les numéros de cirque, vous comprenez que ce n'est pas en les maltraitant qu'on obtient ça!", estime-t-elle encore.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !