Omerta, inaction... Un rapport pointe les failles dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles à Sciences Po | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Education
Le rapport a été commandé après une vague de témoignages sur les réseaux sociaux.
Le rapport a été commandé après une vague de témoignages sur les réseaux sociaux.
©FREDERICK FLORIN / AFP

Balance ton IEP

Omerta, inaction... Un rapport pointe les failles dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles à Sciences Po

Un rapport de l'inspection générale de l'Éducation nationale, dévoilé par le JDD, relève les failles des dispositifs visant à lutter contre les violences sexistes et sexuelles dans les Instituts d'études politiques (IEP).

Le JDD dévoile ce dimanche 25 juillet un rapport de l'inspection générale de l'Éducation nationale, remis mercredi dernier à la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, qui pointe les failles des dispositifs visant à lutter contre les violences sexistes et sexuelles à Sciences-Po Paris et dans les Instituts d'études politiques (IEP) de province.

Cette enquête, menée par six inspecteurs, faut suite à de nombreux témoignages diffusés en février sur les réseaux sociaux sous le hashtag #Sciencesporcs. Les internautes mettaient en avant des dérives pendant les week-ends d'intégration, des poursuites disciplinaires et pénales insuffisantes, un accompagnement des victimes souvent défaillant, etc.

Le rapport montre que le traitement des faits signalés est insuffisant. "Force est de constater que les suites appropriées en termes de procédures disciplinaires ou pénales ne sont pas suffisamment engagées", affirment les inspecteurs qui notent, entre autres défaillances, que parmi les faits qui auraient dû être transmis aux procureurs, seule la moitié l'a été.

Les auteurs pointent, comme facteurs de ces violences, "une vie associative et étudiante dense, marquée par des moments de sociabilité qui cultivent l'entre-soi" mais aussi un élitisme "facilitant l'omerta et l'inaction". Ils notent que le silence sur les violences sexistes et sexuelles est parfois du fait des direction des établissements, "pour des raisons de préservation de la réputation de leur établissement, du diplôme et de la marque "Sciences-Po" ; mais aussi des étudiants qui n'osent pas parler "pour préserver les rapports de domination existant au sein des promotions et des associations".

Les inspecteurs avancent 38 recommandations ayant "vocation à s'ap­pliquer à l'ensemble des établissements d'enseignement supérieur", comme par exemple l'externalisation ou mutualisation des cellules d'écoute afin de libérer la parole, le déclenchement d'une enquête à chaque signalement, et le contrôle des subventions aux associations.

 

À Lire Aussi

Comment Louis Schweitzer transforme le remplacement d'Olivier Duhamel à la tête de Sciences Po en mauvaise farce

À Lire Aussi

"Grand Silence" : un silence assourdissant

À Lire Aussi

Marilyn Manson de nouveau accusé de viol et d'agression sexuelle

À Lire Aussi

Sciences Po se désolidarise d'une vidéo sur la "blanchité alimentaire" française

À Lire Aussi

En 2020 trois fois plus de menaces et d'insultes contre les élus qu'en 2019

À Lire Aussi

600 000 clandestins en France: l’estimation de Patrick Stefanini; Les macronistes historiques ont des haut le cœur sur le virage sécuritaire de leur chef; Kepel alerte sur les profils-éponges qui absorbent islam politique et islamo-gauchisme
Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !