Macron affirme qu'il n'y aura pas de reconnaissance de l'État de Palestine par la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Macron affirme qu'il n'y aura pas de reconnaissance de l'État de Palestine par la France
©Francois Mori / POOL / AFP

Diplomatie

Macron affirme qu'il n'y aura pas de reconnaissance de l'État de Palestine par la France

De son côté, reçu par le président de la République à l'Elysée, Mahmoud Abbas a assuré que les Palestiniens n'accepteront "aucun plan" de paix des Etats-Unis.

A l'issue de son entretien avec le président palestinien Mahmoud Abbas, Emmanuel Macron a affirmé qu'il n'y aura pas de reconnaissance de l'État de Palestine par la France, ni initiative française ou européenne pour sortir de l'impasse le conflit israélo-palestinien. "Décider unilatéralement de reconnaître la Palestine est-il efficace? Je ne crois pas. Car ce serait une réaction" à la décision américaine "qui a provoqué des troubles dans la région", a estimé le chef de l'Etat, répondant à une question du Figaro. "Je répliquerais une erreur d'un type pareil", a-t-il précisé, ajoutant qu'il n'allait "pas construire le choix de la France en réaction" à la politique américaine.

"Les États-Unis se sont disqualifiés eux-mêmes"

De son côté, le chef de l'Autorité palestinienne a déclaré qu'il n'accepterait "aucun plan de la part des États-Unis à cause de l'esprit partisan et à cause de la violation du droit international", liée à la décision américaine. "En cela, les États-Unis se sont disqualifiés eux-mêmes", a-t-il ajouté, appelant à un rôle plus actif de l'UE et de la France en particulier.

>>> À lire aussi : L’ONU condamne les Etats-Unis sur Jérusalem et les hypocrisies flambent 

"Je crois qu'un tel Etat ne peut pas prétendre à être un médiateur honnête dans le processus de paix", a-t-il lancé. "Israël est notre voisin, nous voulons faire la paix avec Israël, nous voulons vivre en paix avec Israël", a-t-il réaffirmé.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !