La France est en capacité de produire « 40 à 50 millions » de masques FFP2 « par semaine » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une usine de production de masques FFP2 dans le sud de l'Allemagne, 20 janvier 2021.
Une usine de production de masques FFP2 dans le sud de l'Allemagne, 20 janvier 2021.
©THOMAS KIENZLE / AFP

Bientôt obligatoire ?

La France est en capacité de produire « 40 à 50 millions » de masques FFP2 « par semaine »

Ces masques offrent une meilleure protection contre la Covid-19

Les masques FFP2 sont recommandés dans de nombreux pays européens et obligatoires en Autriche. La France va-t-elle emboiter le pas ? Le débat agite les autorités sanitaires depuis quelques semaines. Selon Christian Curel, président du syndicat des fabriquants français de masques, la filière française est capable d’en produire entre 40 et 50 millions par semaine. 

« Nous avons déjà pas mal de stock. Il y a beaucoup de demandes de tous les niveaux, niveau professionnel, la grande distribution et même les plateformes internet », explique-t-il au micro de BFMTV.

En revanche, le prix des masques FFP2 est 4 à 5 fois plus élevé en moyenne. « On ne maîtrise pas, côté fabrication, les prix de vente et les marges que font les revendeurs. Donc je pense que ce serait très utile que le gouvernement fasse exactement ce qui a été fait en Italie (...) avec un prix maximum de 70 centimes. Aujourd'hui, vous allez avoir des masques FFP2 à partir de 25 centimes, dans la grande distribution à prix coûtant, jusqu'à 70 centimes. Ceux qui sont au-dessus, ce sont des prix probablement un peu prohibitifs », précise-t-il. 

En Italie, les masques FFP2 sont obligatoires dans certains lieux publics : cinémas, théâtres, musées, transports en commun … provoquant une explosion des prix : jusqu’à 4 euros l’unité. Le gouvernement italien a trouvé une accord cette semaine avec les pharmaciens pour plafonner le prix à 75 centimes. 

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !