Israël revendique des frappes aériennes au Liban, une première depuis 2014 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des obusiers israéliens prennent position dans la ville de Kiryat Shmona, au nord du pays, suite à des tirs de roquettes en provenance du Liban, le 4 août 2021.
Des obusiers israéliens prennent position dans la ville de Kiryat Shmona, au nord du pays, suite à des tirs de roquettes en provenance du Liban, le 4 août 2021.
©Jalaa MAREY / AFP

Coup pour coup

Israël revendique des frappes aériennes au Liban, une première depuis 2014

Israël déclare répondre à des tirs venus du Liban.

L'aviation israélienne a revendiqué jeudi 5 août des raids menés au Liban contre des sites de lancement de roquettes. Israël déclare riposter après des tirs depuis le Liban-Sud vers le nord d'Israël.

 

L'aviation israélienne bombarde régulièrement des positions présumées du mouvement islamiste palestinien Hamas dans la bande de Gaza et mène aussi des frappes en Syrie, où elle s'attaque à des cibles pro-iraniennes. Mais les dernières frappes aériennes israëliennes connues au Liban remontaient à 2014. Jeudi, l'armée israélienne n'a pas précisé si elle avait ou non ciblé des positions du Hezbollah pro-iranien, ou d'autres groupes.

Le quotidien libanais Al-Akhbar, pro-Hezbollah, a accusé Israël d'avoir franchi «une ligne rouge» avec ces frappes qui auraient touché une zone inhabitée.

C'est le «premier recours d'Israël à ses forces aériennes pour cibler des villages libanais depuis 2006», a déclaré jeudi le président libanais Michel Aoun dans un communiqué. Cela «suggère une intention d'intensifier les attaques» contre le Liban, a-t-il estimé.

Les dernières frappes aériennes israéliennes contre le territoire libanais avaient eu lieu près de la frontière avec la Syrie en 2014, mais elles n'ont pas ciblé les bastions du Hezbollah, dans le sud du Liban, depuis le conflit de 2006 entre l'État hébreu et le mouvement chiite. 

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !