Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le président Emmanuel Macron s'exprime après sa rencontre avec le président argentin, à l'Elysée, le 12 mai 2021.
Le président Emmanuel Macron s'exprime après sa rencontre avec le président argentin, à l'Elysée, le 12 mai 2021.
©Ludovic MARIN / AFP

Festival de couacs

Emmanuel Macron rappelle ses ministres à l’ordre en leur demandant plus d’action et moins de commentaires

Selon des informations du Parisien, les membres du gouvernement auraient subi un recadrage par le chef de l’Etat ce mercredi. Emmanuel Macron trouverait que les membres de son gouvernement passent trop de temps à « commenter » l’actualité. « Vous êtes ministres, pas éditorialistes », aurait-il prononcé.

D’après la rédaction du Parisien, Emmanuel Macron aurait recadré ses ministres ce mercredi. « Un vrai coup de gueule », selon l’un des participants à ce Conseil des ministres. Le président de la République aimerait qu’ils consacrent davantage de temps à « leur couloir » et moins aux polémiques liées à l’actualité.

« Si certains d’entre vous ont des vocations d’éditorialistes, il en faut plein dans les chaînes d’info. Vous êtes ministres, pas éditorialistes », aurait dit Emmanuel Macron, d'après un témoin cité par la rédaction du Parisien. Le chef de l’Etat aurait été exaspéré ce mercredi en Conseil des ministres lors d’un « vrai coup de gueule », selon une autre source.

Emmanuel Macron trouverait que les membres de son gouvernement passent trop de temps à « commenter » l’actualité.

Le porte-parole du gouvernement a fait état, lors du compte rendu du Conseil des ministres, du fait qu’Emmanuel Macron avait demandé davantage de « collégialité » pour éviter les « dysfonctionnements » et favoriser l’efficacité du « travail collectif ».

Les débats au sein de son camp sur le pass sanitaire, sur la fin de vie et sur le voile auraient agacé Emmanuel Macron, selon la rédaction du Parisien. Le chef de l’Etat aurait préféré que certains membres de son gouvernement ne prennent pas parti.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !