Covid-19 : le gouvernement veut accélérer la vaccination des demandeurs d'asile et des réfugiés précaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une seringue et un flacon de vaccin contre la Covid-19.
Une seringue et un flacon de vaccin contre la Covid-19.
©JOEL SAGET / AFP

Campagne vaccinale

Covid-19 : le gouvernement veut accélérer la vaccination des demandeurs d'asile et des réfugiés précaires

Alors que la campagne de vaccination contre la Covid-19 se poursuit en France, le gouvernement a demandé ce mardi 3 août aux préfets et directeurs généraux d'ARS d'accélérer la vaccination des demandeurs d'asile et réfugiés précaires. L'objectif serait de vacciner l’ensemble des personnes concernées d'ici la fin août.

La vaccination des plus précaires reste l’une des étapes majeures à résoudre par les autorités. Le gouvernement a demandé mardi aux préfets et directeurs généraux d'ARS d'accélérer la vaccination des demandeurs d'asile et réfugiés précaires. Cette démarche s’inscrit dans l’objectif fixé le 5 juillet de vacciner l’ensemble des réfugiés et des demandeurs d’asile « d'ici fin août ».

Les résidents des foyers de travailleurs migrants et les populations hébergées dans le dispositif national d'accueil (DNA) « disposent d'une moins bonne couverture vaccinale que le reste de la population », selon la circulaire signée par le ministre de la Santé, Olivier Véran, et la ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa.

« Malgré les efforts importants déployés par les opérateurs nationaux, des freins à la vaccination subsistent », selon le texte des ministres. Ils évoquent notamment « la barrière de la langue » et le « peu d'équipement informatique disponible dans les foyers et centres pour prendre rendez-vous en ligne ».

Afin d’accélérer la campagne et la couverture vaccinale, notamment pour ce public cible et pour les plus démunis, le gouvernement demande aux préfets et aux Agences régionales de santé (ARS) de privilégier les dispositifs « les plus efficaces », notamment afin de permettre une « vaccination in situ », comme le déploiement de centres itinérants ou d'équipes mobiles de vaccination.

Les services médicaux des délégations territoriales de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) devraient aussi « être habilités comme centres de vaccination pour ce public », selon la circulaire et d’après des informations du Figaro.

Les préfets et directeurs d'ARS devront organiser un point de situation « d'ici la fin du mois d'août » afin de rendre compte au gouvernement de l'avancée des campagnes de vaccination dans leurs départements.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !