Bernard Cazeneuve quitte le PS après l’accord entre La France Insoumise et le Parti socialiste pour les élections législatives | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Bernard Cazeneuve quitte le Parti socialiste après l'accord avec La France insoumise lors des élections législatives.
Bernard Cazeneuve quitte le Parti socialiste après l'accord avec La France insoumise lors des élections législatives.
©LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Fractures à gauche

Bernard Cazeneuve quitte le PS après l’accord entre La France Insoumise et le Parti socialiste pour les élections législatives

L'ancien chef du gouvernement socialiste avait indiqué mardi qu'il quitterait le PS en cas d'accord législatif avec La France insoumise. Bernard Cazeneuve estimait que les dirigeants du Parti socialiste ont « perdu leur boussole » d'un « socialisme républicain ».

L'ancien Premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve a annoncé ce mercredi à l'hebdomadaire régional La Manche Libre son départ du PS après la conclusion d'un accord en vue des législatives entre le Parti socialiste et La France inoumise :

« J'ai quitté le Parti socialiste en désaccord avec l'alliance passée avec le parti de Jean-Luc Mélenchon », déclare Bernard Cazeneuve.

Il évoque notamment « une formation politique, La France Insoumise, dont j'ai eu à subir la violence, l'outrance des positions, les insultes aussi quand j'étais au gouvernement, notamment lorsque s'est produite la mort de Rémi Fraisse », un militant mort lors d'une manifestation en 2014, alors que Bernard Cazeneuve était ministre de l'Intérieur.

Après EELV et le Parti communiste français, le Parti socialiste a donc signé un accord avec les Insoumis ce mercredi.

Mais de fortes oppositions se font entendre, comme celle de Bernard Cazeneuve, au sein d’un parti menacé de scission.

Bernard Cazeneuve a clarifié sa position :

« J’ai aussi une conception nette et ferme de la laïcité, de la République qui interdit toute convergence avec ceux dont la pensée sur ces questions est plus qu’ambiguë ». Bernard Cazeneuve cite également une « hostilité ancienne de la LFI au projet européen ».

Bernard Cazeneuve avait annoncé mardi sur les réseaux sociaux qu’il quitterait le PS en cas d’accord législatif avec La France insoumise, estimant que ses dirigeants ont « perdu leur boussole » d’un « socialisme républicain ».

Jean-Marc Ayrault, en poste à Matignon au début du quinquennat de François Hollande, entre 2012 et 2014, a également commenté cet accord entre le PS et LFI. Jean-Marc Ayrault considère qu’il s’agit d’un « rafistolage ». Il regrette une « forme de démission » de la part de son parti :

« Je suis profondément déçu par le texte qui vient d'être rendu public. Je vous dis mon désaccord avec regret. C'est du rafistolage. (…) En même temps, j'ai bien conscience qu'avec 1,7 % des voix à la présidentielle, ça ne met pas le Parti socialiste en situation confortable

Jean-Marc Ayrault a notamment dénoncé le « prix exorbitant » payé par le PS, qui serait « absent dans 500 circonscriptions sur 577 ». 

François Hollande a également récusé cet accord :

« Il y a une forme de démission qui n'est pas défendable ».

La Manche Libre

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !