Au parquet national financier, les règlements de comptes s'enchaînent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Au parquet national financier, les règlements de comptes s'enchaînent
©Thomas SAMSON / AFP

Ok Corral

Au parquet national financier, les règlements de comptes s'enchaînent

À la justice anticorruption française, le Parquet national financier, le climat devient de plus en plus délétère comme le révèle Le Point.

L'année dernière au début de l'été, l'hebdomadaire Le Point a révélé une enquête du PNF avec pour objectif de débusquer la taupe de Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog. Lors de cette enquête, des procureurs ont essayé de trouver l'informateur du clan Sarkozy sur les procédures en cours. Ainsi, des factures de téléphones de plusieurs avocats parisiens (fadettes) sont réquisitionnées, mais ces demandes sont faites sans respect pour les droits de la défense. Au final, aucune taupe n'est identifiée et les avocats dénoncent un bafouement de leur secret professionnel. 

Malgré cela un magistrat du PNF, Patrice Amar, écrit à la procureur générale afin de l'informer de l'article 40 du Code de procédure pénale car un fonctionnaire qui, « dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu » est tenu d'avertir les autorités. Toujours selon ce dernier, l'informateur du clan Sarkozy serait Éliane Houlette, cheffe du PNF, qui aurait confié par inadvertance des inforamtions confidentielles sur Nicolas SArkozy à sa fille, avocate dans le cabinet de Patrick Jaïs. Ce dernier aurait alors transmis ces informations à l'un de ces proches puis à Thierry Herzog. Selon M. Amar, il ne s'agit alors que de suppositions, mais qui accuserait tout de même sa cheffe d'être la coupable. Cette dernière décide de porter plainte pour atteinte à sa réputation. 

Cette enquête a lieu alors que la Cour de justice de la République enquête sur le garrde des sceaux pour prise illégale d'intérêts dans l'exercice de ses fonctions. Cette information judiciaire a été ouverte après les plaintes de deux syndicats, l'Union syndicale des magistrats (USM) et le Syndicat de la magistrature (SM), et de l'association Anticor. Ils affirment que Me Dupond-Moretti cherche à rrégler ses comptes avec la magistratures après des événements compliqués durant sa carrière. 

À Lire Aussi

Régis de Castelnau : "Le Parquet national financier, créé par François Hollande, s’est transformé en machine de guerre contre la droite, et en outil de protection des amis d’Emmanuel Macron"
Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !