L’autre guerre de Poutine : il dénonce la décadence de l’Occident ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
L’autre guerre de Poutine : il dénonce la décadence de l’Occident !
©Mikhail METZEL / SPUTNIK / AFP

Réveillons-nous

L’autre guerre de Poutine : il dénonce la décadence de l’Occident !

Dommage que ce soit lui

Isabelle Larmat

Isabelle Larmat est professeur de lettres modernes. 

Voir la bio »

Lors d’un discours visant à officialiser l’annexion de quatre régions ukrainiennes à la Russie, Vladimir Poutine a affirmé : « Beaucoup de pays euros-atlantiques sont en train de rejeter leurs racines, dont les valeurs chrétiennes qui constituent la base de la civilisation occidentale. Ils sont en train de renier les principes moraux et leur identité traditionnelle, nationale, culturelle, religieuse et même sexuelle. » Si ces funestes propos émanent d’un détestable personnage, ils n’en incitent pas moins à réfléchir à la situation française à l’aune de faits divers devenus tellement fréquents qu’on commence à les nommer plus justement : « faits de société ». 

Lesdits faits de société donnent souvent lieu à des évènements festifs organisés à la hâte pour célébrer mécaniquement notre bon « vivrensemble » malmené par quelques individus isolés qui risqueraient, par leur méconnaissance des codes de conduite français, de donner du grain à moudre à « l’extrême droite », majoritaire dans notre pays, comme chacun sait. On s’obstine à nier l’échec des politiques d’intégration jusqu’alors menées tandis que l’essorage des cerveaux se poursuit sous la férule des idéologies néo-féministes, LGBT et woke, de plus en plus puissantes. Nous venons de vivre, ces derniers jours, trois grands moments de ce « vivrensemble » qui ressemble de plus en plus à une triste farce.

C’est tout d’abord une femme de quarante ans qui a été violée à Nantes par des Soudanais (en situation régulière). Ce qui n’est pas allé sans susciter chez nos compatriotes émotion, compassion et révolte. Las !  La victime, héroïque, se refuse à céder à la haine et à « faire le jeu de l’extrême droite. » Par la voix de son avocat, elle : « clame sonattachement aux valeurs humanistes que sont l’accueil de celles et ceux qui cherchent refuge et l’ouverture aux autres. » L’avocat, Maître Bouillon, précise que sa cliente « rejette l’amalgame facile et erroné fait entre immigration et délinquance (…) les violences sexuelles et sexistes existent en tous lieux, de tous temps, en tous milieux (…) » « Ce qu’elle a subi,comme tant d’autres n’est rien de plus que de la violence exercée par des hommes sur des femmes ». Déni, quand tu nous tiens… L’histoire ne dit pas si la victime s’est rendue au premier festival de la culture soudanaise organisé samedi, à Nantes. Il visait, pour faire oublier ce viol embarrassant, à « montrer une autre facette du Soudan, le vraiSoudan. » 

Ce weekend, également, Boris Venon, élu socialiste et deuxième adjoint au maire des Mureaux a annoncé sa démission du conseil municipal en raison des nombreuses menaces homophobes et racistes le visant, lui et sa famille. Les onze agressions qu’il a subies ces deux dernières années ont eu raison de son abnégation et de son sacrifice sur l’autel du « vivrensemble » : « Je me suis vu reprocherd’être qui je suis », a- t-il précisé expliquant s’être notamment entendu dire : « Le blanc,quitte ma ville, on est ici chez nous ! » Il aurait même été physiquement poursuivi jusque chez lui. Le maire PS des Mureaux, lui, déclare : « Ces actes et ces propos sont inacceptables. » Mais il n’est pas toutefois sans déplorer la fâcheuse publicité faite à la ville des Mureaux : « cela stigmatise notre ville, où le vivre-ensemble fonctionne pourtant. Les Mureaux, ce n’est pas ça ! » « Que l’importance soit dans ton regard et non dans la choseregardée. » Gide, « Les nourritures terrestres ». Qu’on se le dise ! 

Toutes les initiatives possibles seront, heureusement, prises pour lutter contre l’ostracisation qui déferle sur la France et les coups de boutoirs portés à la fraternité. Ainsi, Grégory Doucet, le maire écologiste de Lyon a décidé, avec l’aide d’un million d’euros proposé par la Région pour renforcer la vidéosurveillance, d’installer « des toilettes publiques inclusives, accessibles aux femmes ». Urinons tous en cœur ! Rien de tel pour créer du lien. Voilà qui va faire assurément baisser la criminalité. Que les partisans fachos de la caméra de vidéosurveillance se le disent bien. Saluons une autre initiative novatrice de l’édile lyonnais : fin 2024, la première « maison de la diversité pour seniors » verra le jour à La Croix-Rousse. « Portée par l’association « Les audacieuses et les audacieux », la future résidence a pour but d’accueillir des personnes isolées de la communauté LGBT. » 

Cette nouvelle religion de « l’inclusivité » à laquelle on doit absolument souscrire pour être dans le camp dit « du bien » me semble être en train d’atomiser l’humain au profit de la création de petites sectes qui se désignent et s’insultent dans une novlangue barbare, se livrant des guerres picrocholines indécentes au regard des vrais combats qu’il y aurait à mener. 

Malheureusement, pour pérenniser cet état de fait qu’on déplore, prospèrent les enfants de Bouvard et Pécuchet, semi-habiles si bien décrits par Philippe Muray dans «Le 19e siècle à travers les âges » : « Pousséesvers cette impasse d’eux-mêmes où leur orgueil va imploser, où leur absence viscérale de complexes va triompher. Où ils vont s’imaginer de plus en autorisés à tripoter n’importe quoi comme si ça leur appartenait (…)Bouvard et Pécuchetne sont plus deux :maismille et des centaines de milliers et des millions (…) à s’aimer, à donner leur opinion sur tout ce qui se passe, à souffrir aussi comme jamais dans leur éternel retour de radotage par lequel ils deviennent irrésistiblement semblables les uns aux autres en imaginant qu’ils cultivent des différences (…) »

Ajoutons pour conclure qu’à Grenoble, samedi, en fin de matinée a éclaté une fusillade visant un bar du quartier Saint-Jean. L’un des malfrats, âgé de 34 ans et connu de la justice pour vol, recels et détention de stupéfiants a été neutralisé par la police. Ses jours ne sont pas en danger. La police n’a pas tué, par conséquent on n’entendra pas M. Mélenchon. Au moins, cela nous sera épargné. Si on ne veut pas parler de décadence, on peut, à tout le moins penser que tout part en sucette…

Peut-être sommes-nous tout simplement à la fin d’un cycle ? « (…) la grained’erreur et de ruine contenue dans le bien même croîtrait monstrueusement au contraire au cours des siècles. Le monde las de nous se chercherait d’autres maîtres ; ce qui nous avait paru sage paraîtrait insipide, abominable, ce qui nous avait paru beau. Comme l’initié mithriaque, la race humaine a peut-être besoin du bain de sang et du passage périodique dans la fosse funèbre. », fait dire Marguerite Yourcenar (l’un de nos écrivains majeurs, lesbienne, féministe et certainement démonétisée pour les affidés de Sandrine Rousseau, notre actuel arbitre du juste en matière de rapports hommes-femmes) à son sage empereur Hadrien dans « Mémoires d’Hadrien ».

Isabelle Larmat, professeur de Lettres modernes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !