Vendée : un maire prend un arrêté pour faire venir le soleil et limiter la pluie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Vendée : un maire prend un arrêté pour faire venir le soleil et limiter la pluie
©Reuters

Une blague

Vendée : un maire prend un arrêté pour faire venir le soleil et limiter la pluie

"La pluie est autorisée seulement trois nuits par semaine", rapporte France Bleu Loire Océan.

En février, la Vendée a fait partie des départements qui ont subi d'importantes précipitations et chutes de neige. Le maire de Challans, Serge Rondeau, a décidé qu’il en avait assez de cette météo. Le 14 février dernier, il a donc publié sur le compte Twitter de la ville un arrêté municipal pour faire venir le soleil et limiter la pluie, rapporte France Bleu Loire Océan. 

"La pluie est autorisée seulement trois nuits par semaine"

Son article numéro 1 annonce que "le soleil est dans l’obligation de se présenter tous les matins du lundi au dimanche dans la ville de Challans et par extension à tout le département de la Vendée". Dans le deuxième article, l’édile précise que "la pluie est autorisée seulement trois nuits par semaine" et qu’"aucune dérogation ne sera accordée". In fine, le document indique que cet arrêté sera confié à la gendarmerie et à la police municipale de Challans.

Bien évidemment il s’agit d’un faux arrêté. "À la base, c’était une boutade interne. Le maire en avait un peu marre de la météo. Il a dit à une collègue : 'Préparez moi un arrêté contre la pluie.' Elle l’a pris au mot, il a trouvé ça très drôle et il l’a signé", a expliqué à franceinfo le service communication de la mairie de Challans, ajoutant qu'"il fait beau" à Challans. Les habitants de la commune ont trouvé que l’initiative de leur maire était très drôle. 

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !