TESS, le nouveau (et coûteux) chasseur d'exoplanètes de la Nasa, a été lancé avec succès | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
TESS, le nouveau (et coûteux) chasseur d'exoplanètes de la Nasa, a été lancé avec succès
©Nasa Ames

Oeil de l'espace

TESS, le nouveau (et coûteux) chasseur d'exoplanètes de la Nasa, a été lancé avec succès

Le télescope doit succéder à Kepler et rechercher des planètes susceptibles d'abriter la vie.

A la chasse aux planètes. Mercredi, depuis Cap Canaveral, en Floride, la fusée Falcon 9 de la société SpaceX a mis en orbite pour le compte de la NASA un télescope spatial nommé TESS. Ce « Transiting Exoplanet Survey Satellite » va entamer une mission de deux ans.

"Nous sommes ravis que TESS soit en route pour nous aider à découvrir des mondes que nous n'avons pas encore imaginés, des mondes qui pourraient être habités ou héberger la vie", a indiqué Thomas Zurbuchen, l'un des responsables de la NASA. L’agence spatiale américaine a confirmé que les deux panneaux solaires de l'engin spatial se sont déployés avec succès.

Ce nouveau chasseur de mondes extra-solaires, pas plus gros qu’un lave-linge et qui dispose de quatre caméras, est un concentré de technologies… des technologies qui coûtent cher. TESS a coûté la bagatelle de 337 millions de dollars.

Mais il faut bien ça pour partir à la chasse aux planètes. Le lancement de TESS va permettre à la NASA de poursuivre les recherches entamées depuis 2009 par le télescope Kepler, qui a déjà permis la découverte de plus de 2 300 exoplanètes, mais qui se trouve à court de carburant. Les premières données scientifiques de son successeur sont attendues pour juillet.

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !