Rentrée scolaire : l'UFC Que choisir s'alarme des substances toxiques dans les fournitures | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Rentrée scolaire : l'UFC Que choisir s'alarme des substances toxiques dans les fournitures
©

Ne pas machouiller

Rentrée scolaire : l'UFC Que choisir s'alarme des substances toxiques dans les fournitures

Sur sur 52 articles testés par l'association de consommateurs, "plus de la moitié contiennent trop de substances toxiques".

Ceux qui aiment machouiller leurs crayons ou qui ont tendance à se mettre de l'encre plein les doigts risquent de revoir leurs habitudes : qu’on achète des fournitures scolaires en décryptant les emballages ou en laissant les enfants choisir, c’est la roulette russe, selon l'association qui a testé 52 produits de la rentrée scolaire. Plus de la moitié contiennent trop de substances toxiques, alerte-t-elle.

Les laboratoires indépendants commandités par l'association ont notamment détecté des phtalates (perturbateurs endocriniens) dans des crayons de couleur et à papier, du formaldéhyde irritant dans un bâtonnet de colle, ou encore des impuretés cancérogènes, des conservateurs ou des parfums allergisants dans des encres.

L'association explique qu'à par des feutres parfumés de la marque Giotto Turbo, "aucun des produits testés n’est en infraction, car ils bénéficient d’une situation réglementaire aussi vague que laxiste". Contrairement aux jouets, par exemple, les fournitures scolaires ne sont soumis à aucun texte spécifique concernant leur composition. L’UFC-Que Choisir appelle donc les autorités à renforcer la réglementation afin de "prendre en compte la sensibilité des jeunes consommateurs".

Elle incite aussi les consommateurs à choisir les produits ayant passé les tests avec brio.

Lu dans Que choisir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !