Meghan Markle s'excuse devant le tribunal pour avoir participé à sa biographie non-officielle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Meghan Markle s'excuse devant le tribunal pour avoir participé à sa biographie non-officielle
©DIA DIPASUPIL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

Non-sens

Meghan Markle s'excuse devant le tribunal pour avoir participé à sa biographie non-officielle

L'épouse du prince Harry a reconnu avoir fourni des informations aux auteurs d'une biographie non-officielle sur elle et son mari. Tout cela n'aurait eu aucune incidence si elle n'avait pas indiqué le contraire lors d'un procès intenté à un tabloïd.

En février, Meghan Markle a intenté un procès contre le Mail on Sunday pour non-respect de la vie privée qu'elle a gagné. Elle a reproché au journal d'avoir publié un courrier dans lequel elle demandait à son père d'arrêter de colporter de fausses rumeurs sur leur relation. Les accusation de l'ancienne actrice ont été affaiblie car un ancien secrétaire à la communication du couple a affirmé avoir fourni au nom du couple des informations privées aux auteurs de la biographie non-officielle du couple royal afin d'influencer l'opinion publique. Meghan a avoué avoir été impliqué dans la rédaction de l'ouvrage ce qu'elle a toujours nié et elle s'est excusée d'avoir induite la cour en erreur. Cependant elle précise que les informations partagés avec les auteurs étaient « bien loin des informations personnelles très détaillées » divulgué par le Mail on Sunday.

Face à cela le Mail on Sunday a contesté la décision du procès et fait appel. 

À Lire Aussi

La menace woke : Harry et Meghan sont-ils en train de devenir la plus grande menace que la Couronne britannique ait connue depuis l’abdication d’Edouard VIII ?
Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !