Les employés d'Apple n'arrêtent pas de se prendre les murs en verre du nouveau campus ultramoderne de l'entreprise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Les employés d'Apple n'arrêtent pas de se prendre les murs en verre du nouveau campus ultramoderne de l'entreprise
©JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Que fait le CHSCT ?

Les employés d'Apple n'arrêtent pas de se prendre les murs en verre du nouveau campus ultramoderne de l'entreprise

Certains employés ont décidé d'indiquer les murs avec des affichettes, mais elles ont été retirées car elles nuisent au design du lieu.

Les murs en verre, c'est beau, épuré et plutôt classe. Lumineux, moderne, et luxueux. Mais le verre a un problème : il est aussi très discret. Les employés du nouveau campus d'Apple, baptisé Apple Park, commencent à s'en rendre compte.

Cet espace immense au look futuriste, surnommé "The Spaceship", qui s'étale sur 260.000 mètres carrés et a coûté près de 5 milliards de dollars, a ouvert l'année dernière, mais la plupart des employés de la société y ont déménagé cette année. Et dès le première jours, les services d'urgence ont dû être appelé sept fois, des employés s'étant blessés (légèrement) en se prenant les murs en pleine tête, probablement obnubilés qu'ils étaient par l'écran de leur téléphone.

Ces sept employés ne sont pas les seuls à avoir vu d'un peu trop près ces murs en verre : ils sont seulement ceux qui se sont fait tellement mal qu'il a fallu les soigner. Plusieurs autres ont seulement perdu un peu de leur dignité. Le problème est tel que des employés ont commencé à utiliser des Post-it et des affichettes pour signaler les emplacements des murs, mais ces indications ont été retirées car elles nuisent à l'esthétique du lieu.

Lu sur Mashable

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !