Le jour où Kadhafi est passé à deux doigts de racheter Manchester United | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le jour où Kadhafi est passé à deux doigts de racheter Manchester United
©MAHMUD TURKIA / AFP

Fan

Le jour où Kadhafi est passé à deux doigts de racheter Manchester United

Il s'en est fallu que de quelques heures pour que le projet de Mouammar Kadhafi tombe à l'eau.

Au début des années 2000, lorsque les actionnaires principaux du club anglais de l'époque, Manchester United, cherchaient à revendre leurs parts du club, l'un des principaux interessés n'était autre que...  le colonel Khadafi. 

L'histoire est racontée dans le Sunday Times par Mehmet Dalman, actuel président de Cardiff City (D2 anglaise) qui était à l'époque banquier d'affaires. Dans cette interview, il révèle que "les gens ne réalisent pas que le club a été tout près de passer sous contrôle libyen. Kadhafi a failli racheter le club. Il s'en est fallu de quelques heures."

A l'époque, John Magnier et John Patrick "JP" McManus l'avaient chargé de trouver un repreneur pour les 28,89 % de l'actionnariat qu'ils possèdaient. Un jet est alors affreté pour le conduire à Tripoli, en Libye. Après avoir discuté avec les conseillers du "Guide de la Révolution", il le rencontre et lui explique qu'il est sur le point d'acheter "l'Eglise d'Angleterre" tant "Manchester United est une religion".

Mouammar Kadhafi est pressé de conclure, mais fiinalement, la transaction n'aboutit pas. "Nous ne nous sommes simplement pas entendus sur le prix, mais il était moins une", témoigne l'ancien banquier. .

Ce sera finalement le richissime Américain Malcolm Glazer qui rachètera le club en 2005 pour un montant total de 790 millions de livres. Manchester United MU est aujourd'hui le club le plus "cher" du marché, estimé à plus de 3 milliards d'euros.

Lu dans L'Equipe

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !