Egypte : un navire de guerre de l'époque ptolémaïque découverte dans la cité engloutie d'Héraklion | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Des vestiges ont été découverts dans la ville engloutie d'Héraklion, en Egypte.
Des vestiges ont été découverts dans la ville engloutie d'Héraklion, en Egypte.
©Christoph Gerigk/Franck Goddio/IEASM

Voyage dans le temps

Egypte : un navire de guerre de l'époque ptolémaïque découverte dans la cité engloutie d'Héraklion

La mission archéologique égypto-française de l'Institut européen d'archéologie sous-marine (IEASM) a également découvert les vestiges d'une zone funéraire grecque datant du début du quatrième siècle avant Jésus-Christ.

Un navire de guerre grec a été découvert dans la ville engloutie d'Héraklion, dans la baie d'Abi Qir en Égypte, par la mission archéologique égypto-française de l'Institut européen d'archéologie sous-marine (IEASM). Il s'agit de la dernière découverte en date de navires très rares de l'époque hellénistique.

Héraklion - également connue sous le nom de Thonis - a été frappée par des tremblements de terre, des tsunamis et l'élévation du niveau de la mer à la fin du IIe siècle avant Jésus-Christ. Le secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, Mustafa Waziri, a déclaré que le navire devait accoster dans le canal qui longeait la partie supérieure du temple d'Amon, lorsqu'il a coulé, à la suite de l'effondrement du temple et de la chute d'énormes blocs lors d'un de ces tremblements de terre dévastateurs. La chute de ces blocs de pierre a entraîné le navire dans le profond canal, aujourd'hui jonché de ruines de temples.L

Le chef du secteur des antiquités égyptiennes, Ayman Ashmawy, a expliqué que l'épave de ce navire a été découverte sous environ 5 mètres de boue solide, amalgame entre le fond marin et les restes du temple, à l'aide de dispositifs d'excavation sous-marine tels que les profileurs de fond.

Frank Goddio, chef de la mission de l'Institut européen d'archéologie sous-marine (IEASM), a confirmé que la découverte de navires rapides datant de cette époque est encore très rare, et que les navires grecs de ce type étaient totalement inconnus jusqu'à la découverte du navire punique Marsala (235 av. J.-C.), qui est le seul exemple que nous ayons.

À Lire Aussi

Nesher Ramla : une nouvelle espèce d’homme préhistorique a été découverte en Israël

Il a ajouté que les études préliminaires indiquent que le navire était long, avec une longueur de plus de 25 mètres. La coque était à fond plat, ce qui est très utile pour la navigation dans le Nil et dans le delta.

La mission a aussi découvert les restes d'une zone funéraire grecque datant du début du quatrième siècle avant J.-C., à l'entrée du canal nord-est de la ville, ce qui indique la présence de marchands grecs qui vivaient dans cette ville. Ils contrôlaient l'entrée de l'Égypte à l'embouchure de la branche canopique du Nil, où ils étaient autorisés à s'installer à la fin de l'ère pharaonique. 

Ces ruines témoignent de la richesse des temples de cette ville, qui se trouvent maintenant sous la surface de la Méditerranée, à 7 kilomètres de la plage d'Abu Qir. Il faut dire que la ville d'Héraklion, dont les vestiges ont été découverts en 1999, a été pendant des siècles le plus grand port d'Égypte sur la Méditerranée, avant la fondation de la ville d'Alexandrie par Alexandre le Grand en 331 avant Jésus-Christ.

À Lire Aussi

Israël : les vestiges d'un complexe palatial de 2000 ans bientôt ouverts au public

À Lire Aussi

Soudan : des archéologues découvrent les ruines millénaires de la cathédrale du royaume oublié de Makurie

À Lire Aussi

Notre-Dame de Paris : archéologie d’une cathédrale aux XIIe-XIVe siècles

À Lire Aussi

Un char de l'époque romaine découvert presque intact à Pompéi

À Lire Aussi

Solar Orbiter : que nous disent les premiers résultats sur la physique du Soleil ? ; Une potentielle technosignature radio détectée dans la direction de Proxima du Centaure

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !