Un tiers des défibrillateurs cardiaques installés dans les lieux publics en France ne fonctionneraient pas<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Près de 60% des défibrillateurs inspectés par Matecir Defibril présentent "une anomalie pouvant entraîner un dysfonctionnement".
Près de 60% des défibrillateurs inspectés par Matecir Defibril présentent "une anomalie pouvant entraîner un dysfonctionnement".
©FRED DUFOUR / AFP

Santé

D’après Franceinfo, un audit réalisé par une société de maintenance révèle que près d'un tiers des 500 000 défibrillateurs cardiaques installés dans des lieux publics à travers le pays ne fonctionnent pas.

Près d'un tiers des défibrillateurs cardiaques installés dans les gares, les mairies, les entreprises, et même dans la rue, sont hors service, a révélé Franceinfo ce mercredi 29 mai. Entre 2021 et 2023, l’entreprise Matecir Defibril a inspecté 6 021 défibrillateurs automatisés externes (DAE).

Or, selon des projections, près d'un tiers des 500 000 défibrillateurs installés en France sont hors service, sur la base de l'audit de maintenance de cette société auquel franceinfo a eu accès et du recensement des appareils dans la base de données nationale, Géo'DAE où doivent être recensés les défibrillateurs.

Comme expliquer un tel disfonctionnement ?

Si les établissements qui reçoivent du public sont obligés d'installer un défibrillateur, souvent, ils ne savent pas qu'ils doivent aussi s'assurer de leur bon fonctionnement. Pour cela, il faut ainsi régulièrement changer les piles de la batterie et les électrodes. L'implantation des défibrillateurs sur l'ensemble du territoire est une action engagée dans le cadre de la lutte contre la mort subite, par les pouvoirs publics depuis 2007.

À noter, par ailleurs, que près de 60% des défibrillateurs inspectés par Matecir Defibril présentent "une anomalie pouvant entraîner un dysfonctionnement", indique l'Arlod, association pour le recensement et la localisation des défibrillateurs. L’association réclame une loi pour obliger les exploitants à assurer le bon fonctionnement des défibrillateurs à l'image de ce qui se fait pour les extincteurs. 

Selon le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités, tous les ans, entre 40 000 et 50 000 personnes sont victimes d'une mort subite faute d'avoir bénéficié de l'aide d'une personne qui aurait pu leur sauver la vie en pratiquant les gestes de premiers secours à l’aide d’un défibrillateur le temps que les équipes de secours interviennent. "Le taux de survie des arrêts cardiaques est très bas en France, il est de l'ordre de 7 ou 8%, avant les défibrillateurs, il était de 2%, donc ça prouve bien qu'il y a un intérêt", insiste Bruno Thomas-Lamotte, le président de l'association pour le recensement et la localisation des défibrillateurs.

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !