Un bébé naît 4 ans après la mort de ses parents en Chine ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Un bébé naît 4 ans après la mort de ses parents en Chine !
©LILLIAN SUWANRUMPHA / AFP

Miracle de la science en Chine

Un bébé naît 4 ans après la mort de ses parents en Chine !

Un bébé est né en Chine, grâce à une mère porteuse, quatre ans après la mort de ses parents dans un accident de voiture, selon des médias chinois.

Le couple, mort en 2013, a fait congeler des embryons dans le but d'obtenir un enfant par fécondation in vitro. Ses parents, Shen Jie et sa compagne Liu Xi, suivaient un traitement contre l'infertilité. Suite à l'accident, les grands-parents ont entamé une bataille judiciaire.

L'enfant, prénommé Tiantian (sucré-sucré en chinois), est né en décembre dernier d'une mère porteuse originaire du Laos, selon des informations dévoilées cette semaine par Beijing News.  

Les quatre grands-parents du couple ont entamé une longue procédure judiciaire afin d'obtenir possession des embryons fertilisés dans un hôpital de Nankin.

La gestation pour autrui est en effet illégale en Chine. Ils ont du se rendre au Laos afin de trouver une mère porteuse. Cette femme a ensuite pu venir en Chine pour accoucher. L'enfant est resté deux semaines à l'hôpital. Les quatre grands-parents ont dû se plier à des tests ADN afin de prouver la filiation et la nationalité de l'enfant.

L'exemple de cette famille a entrainé de nombreux débats sur les réseaux sociaux en Chine. Des Internautes appelaient notamment à légaliser la gestation pour autrui. Après trois décennies de politique de l'enfant unique, la Chine connait une véritable révolution. Depuis 2016, tous les Chinois ont en effet le droit d'avoir deux enfants.  

Lu sur BBC News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !