Polémique autour d'une expo qui met en scène des poulets "brûlés vifs" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Polémique autour d'une expo qui met en scène des poulets "brûlés vifs"
©

Scandale

Polémique autour d'une expo qui met en scène des poulets "brûlés vifs"

À Lyon, le Musée d'art contemporain a exposé une vidéo de poulets brûlés vifs. Des associations de défense des animaux sont montées au créneau.

Une vidéo diffusée au Musée d'art contemporain (MAC) de Lyon fait polémique depuis jeudi dernier.  Sur les images appelées "Printemps", de l'artiste franco-algérien Adel Abdessemed, une vingtaine de poulets suspendus par les pattes crient car ils sont enflammés vivants. Rapidement, des associations de défense des animaux sont montées au créneau.

Un produit "pour créer des effets de flammes"

Lundi 12 mars, dans un communiqué, le musée a affirmé que cette vidéo a été tournée au Maroc "avec une équipe de techniciens créateurs d'effets spéciaux pour le cinéma". En outre, il a expliqué qu'aucune poule n'a été mise en danger puisqu'un produit, "pour créer des effets de flammes et d'incendie qui sont sans danger", a été utilisé. Les poules auraient été soumises à cet "effet de flamme que pendant trois secondes et sous le contrôle strict des techniciens et de l'artiste pour éviter toute souffrance", ajoute le communiqué. De son côté, l'artiste Adel Abdessemed a indiqué qu'il avait testé ces effets sur lui-même pour son autre œuvre, "Je suis innocent".

Cependant, ces explications n'ont pas convaincu tout le monde. L'association Peta a estimé que les poules ont pu souffrir d'être pendues par les pattes et ont pu être traumatisées par les flammes. Sur Twitter, Aymeric Caron a interpellé le musée pour connaître le produit utilisé et pour s'assurer qu'aucun poulet n'a trouvé la mort pendant l'expérience. "Quel produit? Les poulets portent une tenue ignifugée? Affirmez-vous que les poulets n'ont pas souffert et qu'ils ne sont pas morts ?", a-t-il écrit.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !