Il y a 49 millions d'années vivait sur Terre un lézard à quatre yeux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Il y a 49 millions d'années vivait sur Terre un lézard à quatre yeux
©Mohd RASFAN / AFP

Les yeux dans le dos

Il y a 49 millions d'années vivait sur Terre un lézard à quatre yeux

Une étude faite sur un fossile de petit reptile trouvé aux Etats-Unis montre qu'un tel animal a bel et bien habité sur notre planète.

Si vous aviez vécu dans ce qui aujourd'hui porte le nom de Wyoming, dans le nord des Etats-Unis, il y a environ 49 millions d'années (à quelques années près), vous seriez peut-être tombé nez à nez avec un Saniwa ensidens. Le Saniwa ensidens, comme son nom ne vous l'indique pas, est un reptile tout à fait extraordinaire. Pourquoi ? Parce qu'il est doté, comme nombre de ses compères de deux yeux latéraux qui se positionnent juste derrière son museau, mais aussi de deux autres yeux, au sommet de son crâne.

C'est cette anormalité étonnante qu'ont découvert des paléontologues américains en extrayant un fossile de lézard d'un escarpement rocheux du Wyoming. En passant le fossile aux rayons X, ils ont observé avec stupéfaction que deux étranges trous apparaissaient au sommet de son crâne. Lesquels, étant donné leurs positions, devaient nécessairement être reliés à la partie pinéale et parapinéale du cerveau. Et en ont donc conclu qu'il s'agissait là des orifices de deux yeux supplémentaires. Yeux particuliers, beaucoup plus petits et sans iris mais servant comme des yeux classique à se repérer en captant la lumière. Ces "yeux" pinéal et parapinéal permettent aussi de réguler l'horloge corporelle.

On connaissait déjà des vertébrés dotés d'un tel œil (certaines tortues, certains poissons ou lézards en ont). En revanche, deux yeux supplémentaires sur le sommet du crâne, c'est - pardonnez-moi l'expression - du jamais vu.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !