"Blague" sur les femmes battues : Tex se dit victime "d’une censure d’Etat" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
"Blague" sur les femmes battues : Tex se dit victime "d’une censure d’Etat"
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Mis au ban

"Blague" sur les femmes battues : Tex se dit victime "d’une censure d’Etat"

"Personne n'a été choqué. À part une vingtaine de personnes emmenées par Marlène Schiappa" a-t-il lancé.

"Les gars, vous savez ce qu'on dit à une femme qui a les deux yeux au beurre noir ? On ne lui dit plus rien, on vient de lui expliquer deux fois" . Cette "blague" de Tex dans l’émission C'est que de la télé le 30 novembre 2017 avait non seulement suscité une vaste indignation mais aussi fait perdre son job à l’animateur. S’il a reçu le soutien de plusieurs personnalités médiatiques (Nagui, Anne Roumanoff, Jean-Yves Lafesse, Élie Semoun, Riss...), il avait été aussi visé par un tweet de la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes et évincé de l'émission Les Z’Amours par la direction de France Télévisions.

Dans le dernier numéro de L'Express, Tex a confié son amertume face à un évènement qu’il n’a pas digéré. "Personne n'a été choqué" estime-t-il. "À part une vingtaine de personnes emmenées par Marlène Schiappa. C'est de la censure numérique d'État. Se décrivant comme un "gentil" qu'on rêve d'"expédier ad patres", il juge être victime de "la police de l'humour".

En attendant, France 2 lui a trouvé un remplaçant. Il sera en effet remplacé à la présentation des Z'Amours par Bruno Guillon à partir du 1er février. L'actuel animateur de Fun Radio a officialisé la nouvelle mercredi soir sur Twitter, en précisant qu'il avait appelé Tex pour "qu'il soit le premier prévenu".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !